Biscuit Vio

Pas un blog culinaire, mais un cybercarnet quand même plein de choses délicieuses... Et je vous dis que ça.

09 juin 2009

Retour du séjour d'entre les morts (de fatigue)

patioÇa fait tellement longtemps que j'ai posté que je suis toute perdue sur ma page de tableau de bord de blog. Ça fait tellement longtemps que j'ai écrit que je suis incapable de faire une première phrase avec une syntaxe agréable. Je suis tellement fatiguée que j'ai même pas le goût de la retravailler. Mais ça a assez duré. Ça me démangeait de plus en plus.

C'était ça mon plan, ce soir: coucher la petite, prendre une douche, poster un billet et aller me coucher. C'était sans compter les faux sextapes et l'épluchage de mes fils RSS dont le nombre a récemment explosé (c'est la dernière fois que je demande à quelqu'un de me fournir son blogroll au complet); la douche a pris le bord jusqu'à demain matin.

À part de ça, quoi de neuf? J'ai dit oui à plusieurs contrats de longue haleine échelonnés sur une longue période, mais suffit d'un seul projet qui retarde pour scrapper tout mon planning. Je me retrouve à jongler avec des échéances ridicules et à quêter des extensions, mais je suis championne pour me tirer d'affaire quand même. Une chance, je serais encore au cégep sinon.

On a magasiné des sets de patio chez Club Piscine en fin de semaine. À Laval, en plus. Je pensais jamais faire ça de ma vie. J'ai pénétré dans un petit sauna en fausses pierres, j'ai regretté de ne pouvoir essayer la petite douche de jardin en démo et j'ai capoté de voir à quel point des gens étaient prêts à mettre le gros prix pour impressionner les voisins avec des articles si gros, si clinquants, si cheaps et si laids. Mais comme notre cour est sur le point de terminer son make-over, les meubles de jardin deviennent un impératif, parce qu'on a l'intention d'inviter une couple de personnes à manger dehors au BBQ. Bref, la dame du Club Piscine qui nous a servis m'a bien fait rire quand elle m'a dit que cette chaise longue était en vrai bois de cacacia. Je l'ai corrigée avec mes doux gants blancs habituels et on a rigolé de bon coeur. Parce que quand la librairie de mon quartier s'était mise à vendre des colliers ésotériques, la vendeuse m'avait assuré que cette pierre était une "topale".
- Une opale, vous voulez dire. Ou une topaze?
- Non non, une topale!
Elle n'avait pas ri, elle. Une topale... Franchement.

Là, c'est l'été. Ce n'est pas le temps des confitures, mais celle de Daniel Rondeau est la plus délicieuse qui soit. C'est l'été, dis-je, et que font les travailleurs autonomes en été, s'il vous plaît? Oui! Ils déménagent leur laptop sur les terrasses. J'ai un laptop prêté depuis peu et j'ai très hâte de toucher cette Terre promise. Travailler de chez soi étant déjà au-delà du bonheur, je suis impatiente d'ajouter une cerise sur mon sundae.

Ah, et j'ai la ferme intention de refaire le design de ce blog (so 2007).

Oui, l'été est plein de promesses. Je suis contente de vous retrouver.

Posté par V i o l a i n e à 22:27 - Du vécu, oui madame - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    ...

    Et nous de mègne. Oui oui, de mègne que je veux dire.

    Posté par Patrick Dion, 10 juin 2009 à 08:02
  • Welcome back

    Posté par Philippe-A, 10 juin 2009 à 11:23
  • Là je te reconnais...

    Dans le fond y a juste blondinet dans les quatre, qui n'a pas ce réflexe repoussant de reprendre les gens. Je lis ton texte et je m'imagine dans la même situation; les échanges auraient sans doute été les mêmes... On se ressemble, soeurette (à mon grand désarroi jadis, d'ailleurs)

    Bonne fin de semaine à vous trois.

    Posté par Frérot, 24 juillet 2009 à 00:15

Poster un commentaire